L’âme du mal – de Maxime Chattam

La Trilogie du mal - Maxime Chattam

Éditeur : Pocket thriller (2003)


L’histoire de « L’âme du mal » :

Abandonnés au fond de la forêt ou de hangars vétustes, des cadavres comme on n’en a jamais vu, mutilés de façon rituelle, porteurs de messages cabalistiques semblables à ceux que laissait derrière lui le bourreau de Portland, avant qu’une balle dans la tête ne vienne à bout de sa carrière…
Le tueur serait-il revenu d’outre-tombe ? S’agit-il d’une secte particulière qui prélève toujours les mêmes morceaux du corps de ses victimes pour d’étranges cérémonies ?
Des bibliothèques ésotériques aux égouts de la ville, l’inspecteur Brolin et une jeune étudiante en psychologie plongent dans une enquête infernale, tandis que la police scientifique et la médecine légale se perdent en conjectures.
Et peu à peu, des brumes mystérieuses de la Willamette River va surgir un secret effroyable que nos deux limiers devront affronter au péril de leur âme.

 

L’avant lecture :

En fait, on m’avait teeeellement vanté les mérites de cette « Trilogie du mal » que je me sentais presque obligée de l’aimer 🙂
Non je plaisante évidemment, mais elle m’a été conseillée par quantité de gens.
Alors bon, au bout d’un moment, si tout le monde t’en parle dès que tu dis « Maxime Chattam », c’est qu’il doit y avoir une raison.
Et puis, comme vous le savez peut-être, j’ai lu et apprécié une bonne partie des livres de l’auteur. Je partais donc plutôt confiante.

 

Au final :

Eh bien oui, c’est maintenant que je dis : « Vous aviez raison ».
J’ai beaucoup aimé ce premier tome.
L’auteur nous fait vraiment plonger tout au fond de son histoire. On y est, on est dedans.
Alors, moi qui fais déjà des diagnostics quand je regarde un peu trop « Dr House », j’étais à la limite d’aller réclamer mon badge de légiste.
Chattam ne nous épargne aucun détail, notamment pour ce qui est des autopsies, mais pas seulement. Je dois avouer avoir eu un peu de mal à lire certaines phrases sans sourciller 😐
J’étais pourtant une grande fan de la série de livres de Patricia Cornwell, dont l’héroïne, le Dr. Kay Scarpetta, est médecin légiste. Alors des autopsies, j’en ai lu pas mal. Mais je garde malgré tout un souvenir moins « trash » des descriptions des examens.
Après, il se peut aussi que ma mémoire ait fait son petit ménage dans mes souvenirs 🙂

 

Ce que j’ai aimé dans « L’âme du mal » :

– Le passage qui m’a permis d’apprendre pourquoi on nomme ainsi le « Syndrome de Stockholm »

Il tire son nom d’une prise d’otages qui eut lieu en Suède en 1973 lors de laquelle les otages finirent par manifester de la sympathie et même une pleine confiance envers leurs kidnappeurs. Ils allèrent jusqu’à s’interposer entre les forces de l’ordre et les ravisseurs lors de leur libération et refusèrent de porter plainte et de témoigner. Enfin, et c’est là un exemple particulièrement démonstratif, l’une des victimes épousa son ravisseur quelques années plus tard.

Ah ouais quand même 😐

 

– Ce passage :

Les sépultures sourdaient de la terre comme des doigts rachitiques, tendus vers les cieux avec tristesse. Sur la pierre polie par l’érosion, les épitaphes avaient été effacées, abolissant à jamais le droit à l’histoire de ces gisants désormais anonymes. C’était une colline funèbre tout droit sortie d’un conte de Washington Irving, il ne manquait plus que la brume et le gibet sous l’arbre noueux du sommet.

 

– Cette citation de Sir Arthur Conan Doyle :

Une fois que vous avez exclu l’impossible, ce qui reste, aussi improbable que cela soit, doit être la vérité.

 

– Les descriptions très pointues des différentes techniques employées par la police scientifique. J’aime tellement ça !!

 

On note au passage :

L’info qui tue ; « S’il devait compter un milliard, un homme y passerait trente-trois années de sa vie, quasiment la moitié de son existence ».

 

Est-ce que je recommanderais ce livre :

Oui, chaudement ! Il y a du suspense, de l’adrénaline, du mysticisme…
Une mise en garde cependant : âmes sensibles, s’abstenir, car l’auteur ne mâche pas ses mots.
Mais si vous connaissez et appréciez ce qui sort de l’esprit – quand même légèrement dérangé, j’en suis sûre – de notre cher Maxime, vous allez a-do-rer !

5 commentaires sur “L’âme du mal – de Maxime Chattam

  1. J’ai tellement adoré ce livre! Le meilleur de la trilogie du mal pour moi. Dès le début on est plongés dans l’horreur avec une adrénaline de dingue. J’adoooore

    • CelineBouquine says:

      Exactement ! Il est vraiment intense !! Je pense attaquer le deuxième dès que j’aurai terminé L’origine des mondes 😉
      Merci Yuyine pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *