Haute Fidélité – de Nick Hornby

Haute Fidélité - Nick Hornby

Éditeur : 10/18 (2010)

L’histoire :

Disquaire à Londres, Rob vient de se faire plaquer.
À trente ans passés, il doit se rendre à l’évidence : s’il maîtrise le répertoire de Dylan, il n’a jamais rien compris aux femmes.
Serait-il passé à côté de l’essentiel ?
Depuis son premier flirt autour d’un bac à sable à cette nuit avec une chanteuse country, Rob dresse le top ten de ses ruptures les plus déprimantes et une compilation désopilante des états d’âme de l’homme moderne. 

L’avant lecture :

J’ai acheté ce livre sur les conseils d’une amie qui l’avait beaucoup apprécié.
Les avis que j’ai pu lire dessus étaient assez partagés, mais l’idée du bouquin me plaisait bien.
Et puis j’aime bien essayer de comprendre, même un petit peu, le fonctionnement cérébral du sexe opposé…
Donc un livre, écrit par un homme sur les états d’âme d’un homme, forcément, ça m’intriguait. 

Au final :

J’ai bien aimé.
Rob est disquaire, il fait donc très souvent référence à tel ou tel titre, sorti en telle ou telle année, quand il sortait avec unetelle ou unetelle. 
Je dois avouer, bien honteusement, que je ne connaissais pas la moitié des morceaux cités. 
Une question d’époque sûrement (la fille qui cherche à se rassurer…)
La façon dont le héros vit ses ruptures, la façon dont il s’en guérit et son rapport aux femmes sont assez savoureux 🙂

J’ai aimé :

– Ces passages :

Et voilà, c’est sans doute la dernière fois que nous nous serons parlé. « Pas de problème » : les derniers mots que j’aurai dits à quelqu’un dont j’aurai été assez proche, finalement, avant que nos routes se séparent. C’est drôle, non ? On fête Noël chez des gens, on s’inquiète quand ils vont se faire opérer, on les serre dans ses bras, on les embrasse, on leur offre des fleurs, on les voit en robe de chambre… et puis boum, c’est fini. Fini à jamais. Et tôt ou tard il y aura une autre maman, un autre Noël, d’autres varices. Toutes pareilles. Seules changent l’adresse et la couleur de la robe de chambre.

Sur le chemin du retour, je suis déjà en train de me demander si elle va venir demain, et si sa venue voudrait dire quelque chose ou pas, et, dans cette hypothèse, pour lequel d’entre nous ça voudrait dire quelque chose […] Merde. Je déteste tout ça. Quel âge faut-il atteindre pour que cela cesse ?

– Quand il se refait le film de la conversation téléphonique qu’il vient d’avoir, en imaginant toutes les répliques bien cinglantes qu’il aurait dû trouver. Ces fameuses répliques qui, bien entendu, ne viennent jamais quand on en a besoin…

Je n’ai pas aimé :

– Lire que, pour l’auteur, avoir 35 ans, c’est avoir « la trentaine bien tassée ». Je l’ai trouvé soudain très désagréable, lui 🙂

Est-ce que je recommanderais ce livre :

Oui, c’est une lecture très sympa. 
Marrante et grave à la fois (il faut dire que la rupture, c’est un sujet assez sérieux quand même), mais ce n’est jamais déprimant. 
Un bon moment.
Lire l’extrait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *