Agatha Raisin enquête : La quiche fatale – de M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête

Editeur : Albin Michel (2016)

L’histoire :

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme.
Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire.
Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur.
Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.
La 4ème de couverture dit aussi :
Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui.
Une quinqua qui n’a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupules, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire !
« L’Agatha Raisin de M.C. Beaton est un véritable trésor national. » The Times »
 

L’avant lecture :

Je m’attendais à une enquête policière bien ficelée, peut-être à la Agatha Christie (après tout, on évoque bien Miss Marple !), palpitante et drôle, menée par un personnage plus que singulier.
Plutôt prometteur. L’intrigue me plaisait bien. J’ai lu en ligne les premières pages et j’ai eu très vite envie d’en savoir plus…

Au final :

On m’a dit que j’allais mourir de rire, et en fait, je n’ai rigolé tant que ça.
Pour une raison précise.
Si vous êtes un peu (beaucoup) sensible à la psychologie des personnages, vous risquez de grincer des dents.
Parce qu’elle n’est pas très sympa, la Agatha !
Sans scrupules et pugnace, oui certes. Exaspérante, sans aucun doute, mais pour ce qui est d’être attendrissante, euh… non.
Elle est tellement cynique et cinglante qu’à côté d’elle, le Dr House ressemblerait presque à un Bisounours.
Pourtant, j’avais envie de l’aimer !
J’ai cherché le détail, la petite faiblesse un peu cool qui aurait pu me la rendre plus aimable. Eh bah j’ai pas trouvé.
Bon en gros, c’est un peu une vieille bique quoi.
Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, je l’ai trouvée plutôt pas mal.

J’ai aimé :

– L’illustration de la couverture (par Alice Tait), je l’adore ! Vernis sélectif et tout 🙂
– Les descriptions, qui, à mon humble avis, sont réussies, avec juste le détail qu’il faut. L’auteur plante bien ses décors et ses ambiances, ça crée beaucoup de belles images dans la tête.
– Une phrase, p70 :
On croisait partout des jeunes femmes poussant leurs bébés ou leurs enfants en bas âge dans des landaus et des poussettes, comme on appelle ces chars que les mères envoient avec aplomb dans les jambes de ceux qui n’ont pas d’enfants.
Ceux et celles qui ont déjà eu affaire à ces conductrices de landaus légèrement hystériques qui semblent se croire au volant d’un char d’assaut, et devant lesquelles on a tout intérêt à déguerpir fissa, apprécieront toute la justesse et la drôlerie de cette phrase 🙂
(Que les mères normales qui manœuvrent leur poussette comme des personnes civilisées ne se vexent surtout pas : cela ne s’adresse bien évidemment pas à elles)

Je n’ai pas aimé :

– la psychologie d’Agatha, son rapport aux autres. Elle envoie tout le monde « se faire foutre » (oui oui, je cite) aussi bien en parole ou qu’en pensée. Et personne ne semble trouver grâce à ses yeux, pas même son presque-mais-même-pas meilleur (et seul) ami.

On note au passage :

– Que l’auteur semble aimer la peinture. Elle y fait référence plusieurs fois.
– Qu’une adaptation est prévue sous forme de série télé, avec Ashley Jensen dans le rôle d’Agatha. Pour celles et ceux qui ont suivi Ugly Betty à l’époque, vous la reconnaîtrez tout de suite : c’est elle qui interprétait Christina McKinney.

Est-ce que je recommanderais ce livre :

Bon certes, ce n’est pas le policier de ma vie, mais il est tout de même sympa.
Je regrette peut-être que la 4ème de couverture m’ait vendu du rêve qu’au final, je n’ai pas eu…
Malgré tout, j’ai passé des moment agréables dans cette petite campagne anglaise 🙂

Cotswolds

Lire un extrait

7 commentaires sur “Agatha Raisin enquête : La quiche fatale – de M.C. Beaton

  1. Ah zut, je l’ai fait acheter à la médiathèque où je travaille, j’espère que ça sortira quand même ! J’avoue que c’est la couverture qui m’a interpelée en premier, puis le résumé, qui laissait penser à une nouvelle Miss Marple. On verra 😉

    • CelineBouquine says:

      Ne t’inquiète pas trop car je pense que ceux qui n’ont pas aimé Agatha sont peu nombreux au final 🙂 c’est vraiment moi qui ai bloqué sur la psychologie du personnage…
      Merci pour ton commentaire ! 🙂

  2. Ah, c’est sûr qu’elle n’est pas tendre, la Agatha^^. Je la vois un peu comme un pitt bull (mais tout au fond, elle a un cœur guimauve, si si !).
    Elle me fait beaucoup penser à Imogène d’Exbrayat, tu connais ?
    Par contre, j’ai un peu peur que l’adaptation ciné ne pass pas, on verra :O

    • CelineBouquine says:

      Ah non, je ne connais pas Imogène d’Exbrayat ! Il faudrait que j’aille voir.
      J’ai regardé le premier épisode de l’adaptation, c’était moyen, mais pas dramatique 😉 et puis c’est vrai que j’aime bien l’actrice, ça aide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *